Le mystère de l’hélice du P-47 enfin résolu?

Une hélice de P-47 aux origines inexpliquées. Un officier américain, petit-neveu d’un pilote de la seconde guerre mondiale, en quête de vérité. Et voilà qu’un beau jour, les fils de l’Histoire se rejoignent! Au musée, bien entendu … (English version available hereafter)

Photo petit-fils au musée
Andrew Kuykendall a retrouvé l’hélice du P-47D de son grand-oncle.

 

Please read our English version of the article here: blog article E version

Depuis des années, Andrew Kuykendall, Capitaine de l’Armée de l’Air américaine actuellement en poste sur la base aérienne de Geilenkirchen, multiplie les recherches pour faire toute la lumière sur la disparition de son grand-oncle: le 1er Lt William Kuykendall, appartenant au 524e Fighter Squadron du 27e Fighter Group (US Air Corps) pendant la seconde guerre mondiale, dont l’avion, le P-47 D 42-26381, a été abattu au Nord de Valence le 29 août 1944.

En compulsant les archives de l’armée de l’air américaine, Andrew a pu prendre connaissance des détails de l’Opération n° AO-64, la toute dernière mission réalisée par son aïeul. Celle qui l’a conduit à devoir s’éjecter en parachute. Il mourra peu après, dans des circonstances non élucidées totalement.

Poursuivant ses investigations, Andrew découvre « Histoire de l’aviation en Drôme-Ardèche » par Paul Mathevet, grand spécialiste de l’histoire aéronautique de la région, avec lequel il entre en contact . C’est alors qu’il fait le lien avec le Musée Européen de l’Aviation de Chasse, qui détient dans ses collections une hélice de P-47, authentifiée comme étant celle du P-47 D 42-26381 …

En effet, des pièces de P-47 (jambe de train, aile, partie centrale du fuselage, 7 mitrailleuses … et l’hélice exposée aujourd’hui au musée) ont été repêchées  dans le fleuve.  Parmi les éléments d’armement, l’un porte le n°exact de  la mitrailleuse n° 5 intérieur droit du P-47 du Lt Kuykendall …

Que s’est-il passé le 29 août 1944? 

Selon les témoignages recueillis par les services de l’armée américaine auprès des ailiers du 1st Lt William Kuykendall ( 2nd Lt James Rudolph et 2nd Lt Jack Wiltz), le 29 août 1944, le 1st Lt William Kuykendall dirige la formation « White flight » , partie du Luc-en-Provence aux côtés de la « Red flight », pour une mission au nord de Valence: l’Opération n° AO-64. Il s’agit de repérer les convois ennemis sur cette partie de la Vallée du Rhône. A 14h30 le 1st Lt Kuykendall appelle le leader du « Red flight » en lui indiquant avoir repéré plusieurs camions, qu’il s’apprête à mitrailler. C’est alors que l’appareil du Lt William Kuykendall est atteint par des tirs. Le Lt William Kuykendall s’éjecte en parachute. Il atterrit apparement sain et sauf dans la campagne. Le P-47 D n° 42-26381 quant à lui s’abîme dans le Rhône, au niveau de Pont-de-l’Isère, face à Châteaubourg (Ardèche). *

  • Plus de détails dans l’ouvrage de Paul Mathevet, « Histoire de l’Aviation en Drôme Ardèche » 

Un beau jour de septembre 2017, Andrew décide de venir découvrir les lieux du crash, et la fameuse hélice. Accueilli au musée par Dominque Dumont, de permanence ce dimanche-là, il sympathise et transmet des copies d’archives (qui ne sont plus confidentielles) ainsi que des cartes, des photos … De quoi composer dans les semaines à venir un ou deux panneaux explicatifs pour nos visiteurs. Car  nous ne disposions jusqu’à présent d’aucune documentation sur cette hélice.

Mais nous avions envie d’en savoir un peu plus … C’est pourquoi nous avons contacté Andrew quelques jours après, pour lui demander l’autorisation de diffuser et d’exploiter les documents, mais aussi pour mieux comprendre comment il était arrivé jusqu’à nous . Pour Andrew, il reste encore quelques zones d’ombre concernant la disparition de son grand-oncle (une traduction en français vous est proposée à la suite de l’interview originale en anglais) :

  • Who was to 1st Lt WILLIAM F KUYKENDALL? What happened to him?

Andrew Kuykendall:

1Lt William F. Kuykendall is actually my great-uncle, who was a younger brother of my Grandfather Samuel Dent Kuykendall.  William’s son was born 4 months after his death.

He was born and grew up in Keyser, West Virginia. He enlisted in the military in 1941. Much of his story has been pieced together from several sources beginning with the (Missing Air Crew Report) MACR 8259, which described the mission he flew the day he was shot down. I found the complete record of each mission he flew in Europe at the Air Force Historical Research Agency at Maxwell, Air Force Base in Alabama.

These records and a complete account of the 27th Fighter Group and the 524th Fighter Squadron were compiled in the 1980s-1990s by surviving members of the 3 squadrons that made up the Group. It was through the MACR 8259 that I found 1Lt Jack Wiltz who flew as my Great Uncle’s wingman on 29 August 1944. Mr. Wiltz lives in Michigan now and I spoke to him several years ago and asked about my Great Uncle. As they did not know each other long, he did not remember too much but he did give me two photographs of members of his unit as they were on leave in Italy.

MACR 8259 describes the mission 1Lt William F. Kuykendall was flying the day he was shot down North of Valence, France.

  • Did you personally collect these documents through the US National Archives & Records Administration in Maryland? What was the starting point of this research and how did you proceed?

I have contacted the National Archives but as there was a fire in 1973, which destroyed many of the personnel records. Luckily the Air Force kept detailed records of their units, which is what I have used to identify where he was stationed during the war.

  • Are you in the Armed Forces yourself?

Yes, I am a Captain in the United States Air Force currently assigned to Geilenkirchen Air Base, Germany.

  • You visited our museum on the 17th of September: How did you find about the relationship between our museum and your great uncle’s aircraft?

Yes, I found a book that was written by Mr. Paul Mathevet « Histoire de l’Aviation en Drôme Ardèche » that led me to contact him. He had done a great deal of research in the area and sent me information about the location of my Great Uncle’s plane near Chateaubourg along the Rhone River. He sent pictures of the propeller which you now have at the Museum in Montelimar and they also found .50 caliber guns that also were matched by serial numbers to those belonging to William’s P-47D.

Knowing that William was a large part of the attack on the retreating Germans near Montelimar additionally brought me to the area.

  • Did the results of your research answer all the questions you had? Or is there still a mystery for you?

No, I actually still have several unanswered questions because there is no account of what happened to William after he parachuted down near Chateaubourg. There is only a single account (which I have never seen for myself) that states that he was captured by the Germans and sent to a Red Cross Hospital most likely in Vienne or Lyon where he died 30 August. He was mistaken as a German soldier and buried erroneously but the mistake was corrected and he was later identified by a dental exam and buried at the Ardennes American Cemetery in Neupre, Belgium.

The mystery to me is: how was he captured? How was he injured/killed if he made a safe parachute landing in the field near Chateaubourg? How did he end up in Vienne/Lyon? There are many other questions I have but these are some of the more difficult if not impossible for me to answer. I have tried to find Allied or German military maps from the 1940s to have a better idea of what the landscape looked like but have had no luck at the moment.

Photos:

Jack Wiltz Front Row LeftUncle Bill Front Row Left

These two pictures were sent to me by 1Lt Jack Wiltz. 1Lt Jack Wiltz is kneeling front row on the left in the first picture. My great uncle 1Lt William Kuykendall is seated front row on the left looking up at the sky and holding a camera. They are in Corsica in this picture probably July 1944.

En Français:

  • Qui était le 1er Lt William Kuykendall , et que lui est-il arrivé?

Andrew Kuykendall:

Le 1er Lt William Kuykendall est mon grand-oncle, petit frère de mon grand-père Samuel Dent Kuykendall. William a eu un fils 4 mois après sa mort.

Il est né et a grandi à Keyser, en Virginie Occidentale aux Eats-Unis. Il s’est enrôlé dans l’Armée en 1941. Son histoire, pour l’essentiel, a été reconstituée à partir de plusieurs sources, à commencer par le MACR 8259 (Missing Air Crew Report / Rapport d’équipage aérien disparu) , qui décrit la mission qu’il a effectuée le jour où son avion a été abattu. J’ai retrouvé les archives complètes de chacune de ses missions en Europe auprès de l’Agence de Recherche Historique de l’Armée de l’Air située sur la base aérienne de Maxwell, dans l’Alabama.

Ces documents d’archives et un rapport détaillé complet du 27e « Fighter Group » (groupe de combat) et du 524e Escadron de Chasse ont été compilés dans les années 80-90 par les survivants des trois escadrons qui composaient la formation (« Group ») . C’est grâce au MACR 8259 que j’ai pu retrouver le 1er Lt Jack Wiltz qui était ailier de mon grand-oncle le 29 août 44. Monsieur Wiltz vit désormais dans le Michigan; je lui ai parlé il y a quelques années, et je lui ai posé des questions au sujet de mon grand-oncle. Il n’avait pas beaucoup de souvenirs car lui et mon aïeul ne s’étaient pas connus longtemps, mais il m’a donné deux photos des membres du groupe pendant une permission en Italie (photos ci-dessous).

Le rapport MACR 8259 décrit la mission effectuée par le 1er Lt William Kuykendall le jour où on a abattu son appareil au Nord de Valence, en France.

  • Avez-vous collecté vous-même ces documents par l’intermédiaire des Archives Nationales américaines basées à College Park dans le Maryland? Quel a été le point de départ de vos recherches, et comment avez-vous procédé?

J’ai contacté les Archives Nationales mais elles avaient été victimes d’un incendie en 1973, qui avaient détruit de nombreux dossiers personnels. Heureusement, l’Armée de l’Air américaine avait conservé des archives détaillées de ses unités, et c’est par ce biais que j’ai pu identifier où o grand-oncle était stationné pendant la guerre.

  • Vous êtes vous-même dans l’Armée?

Oui, je suis Capitaine de l’Armée de l’Air Américaine actuellement affecté à la base aérienne de Gellenkirchen en Allemagne.

  • Vous êtes venu visiter le musée le 17 septembre dernier. Comment avez-vous fait le lien entre le musée et l’avion piloté par votre grand-oncle juste avant sa mort?

Je suis tombé sur un livre écrit par M. Paul Mathevet intitulé « Histoire de l’Aviation en Drôme Ardèche », ce qui m’a conduit à le contacter. Il avait mené de nombreuses recherches dans la région, et il a m’a fourni des informations sur le lieu où l’avion de mon grand-oncle s’est abîmé, à proximité de Châteaubourg en bordure du  du Rhône. Il m’a envoyé des photos de l’hélice que vous conservez au musée; il a également été retrouvé des armes (mitrailleuses calibre 50), dont le n° de série correspond exactement à celui du P-47D de William.

Savoir que mon grand-oncle William avait eu un rôle important dans l’attaque des troupes Allemandes qui battaient retraite dans la région de Montélimar a été pour moi une raison supplémentaire de venir ici.

  • Les résultats de votre recherche vous ont-ils permis de répondre à toutes les questions que vous vous posiez? Reste-t-il des zones d’ombre?

En réalité il reste plusieurs questions sans réponse, parce qu’il n’existe aucun rapport précis sur ce qu’il est arrivé à William après son atterrissage en parachute près de Châteaubourg. Il n’y a qu’un témoignage (que je n’ai jamais vu de mes yeux) qui établit que William a été capturé par les Allemands et envoyé dans un hôpital de la Croix Rouge, probablement à Vienne ou Lyon, où il est décédé le 30 août. Par erreur, il a été enterré à la place d’un soldat Allemand, mais l’erreur a été corrigée: il a été identifié par la suite grâce à un examen dentaire. Son corps a été déplacé et il repose désormais au cimetière américain des Ardennes, à Neupre, en Belgique.

Pour moi, le mystère, c’est: comment a-t-il été capturé? Comment a-t-il été blessé/ tué, s’il a atterri sain et sauf près de Châteaubourg? Comment se fait-il qu’il se soit ensuite retrouvé à Vienne ou Lyon? J’ai beaucoup d’autres questions, mais celles-ci sont celles auxquelles il m’est le plus difficile de trouver une réponse. C’est peut-être même impossible. J’ai essayé de trouver des cartes militaires alliées ou allemandes datant des années 40, pour avoir une idée plus précise de la configuration du terrain, des paysages, mais jusqu’à présent je n’ai pas trouvé. Je n’ai pas eu cette chance.

Sur la photo grisée, mon oncle William est assis au premier rang à gauche (il regarde en l’air et tient un appareil photo). Cette photo a été prise en Corse, probablement en juillet 1944). Sur la photo sépia le Lt Jack Wiltz est à sa place.